Des cawebiens à Saint-Pétersbourg

De février à fin avril, trois étudiants du master Caweb étaient à Saint-Pétersbourg pour un échange. Ils expliquent comment ils sont vécu cette expérience.

La préparation au grand départ

Le plus pénible quand on part dans un pays comme la Russie, c’est de rassembler tous les papiers pour faire le visa, trouver un logement à distance et de trouver un vol le moins cher possible.  
Pour le visa, vous avez besoin d’une invitation de l’université Herzen de Saint-Pétersbourg (que vous recevrez par mail), d’une attestation d’assurance vous couvrant pour des frais médicaux supérieurs à 30 000€, d’un dépistage du sida récent, de la demande de visa remplie sur le site de l’immigration russe et imprimée ainsi que d’une photo d’identité et une photocopie de votre passeport.
Il y a seulement 3 centres de visa en France dont un à Strasbourg, donc la phase de dépôt de demande est beaucoup plus simple pour nous, Strasbourgeois ! Les rendez-vous se prennent à l’avance sur http://www.vhs-france.com/Les étudiants à Saint-Pétersbourg
Pour le logement, nous sommes encore une fois chanceux, puisque notre séjour tombe pendant la période creuse. Les prix sont donc bien plus abordables. Nous avons fait des recherches sur différents sites et deux d’entre nous ont trouvé un logement sur un (célèbre) site de locations en ligne. La dernière personne a trouvé grâce à une agence  située sur place. Dans l’ensemble, nous avons été tous les trois satisfaits de nos logements, même si certains étaient un peu plus éloignés du centre que d’autres.
La dernière grande phase du voyage et la plus symbolique : la réservation des billets d’avion. Si vous êtes plus organisés que nous l’avons été et que votre visa est prêt à l’avance, vous pouvez attendre d’avoir la date de fin de votre visa pour acheter vos billets. Nous ne l’avons pas tous fait : Romain a dû changer son billet d’avion, Cécile a dû racheter un billet de retour son assurance ne prenait finalement pas en compte les changements de date. Anaïs avait attendu d’avoir le visa (8 jours avant le départ) pour acheter le billet donc elle n’a pas rencontré ce soucis, mais du fait de son achat très tardif, elle n’a surement pas obtenu le meilleur tarif. 

Notre vie d’étudiants étrangers

Une fois que toutes ces étapes étaient réalisées, nous avons pu partir et profiter de notre échange. Au cours de ces trois mois, nous avons eu cours dans deux bâtiments différents (à 3 km l’un de l’autre). Nous avions les cours de traduction (Moyka Naberejnaya, 48) et les cours de russe langue étrangère (Ligovsky prospekt, 46) dans les bâtiments principaux de l’université de Herzen. Au RKI (ruskij kak inastranets, russe langue étrangère) nous pouvions suivre une multitude de cours, mais seuls les cours de langue orale comptaient pour le master Caweb. Pour les cours de langue russe, nous avons eu un petit test de niveau et nous avons été répartis dans différents groupes suivant notre niveau. Chaque groupe a un emploi du temps spécifique avec quelques variations au niveau des cours. La plupart du temps, les cours ont lieu de 9h45 à 13h10 et certains jours de 13h40 à 15h10. Tous les groupes ont un jour de libre dans la semaine en plus du week end, ce qui nous permettait de visiter la ville. 
 

Excursion à Tsarskoe Celo
Un des pavillons de Tsarskoe Celo

Une fois par mois, nous avions des excursions dans des musées ou dans les lieux particulièrement dignes intérêt. Nous avons visité le musée ethnologique à Tsarskoe Celo et le musée russe.  D’autres excursions (parfois payantes) sont régulièrement proposées, et c’est un excellent moyen d’apprendre à connaître nos collègues expatriés.
Un seul regret : il nous est venu trop tard l’idée de demander à participer aux cours de langue de la faculté de russe de Herzen en tant que francophones natifs ! Pensez à leur demander sur place, notre professeure avait l’air très intéressée par l’idée.
Nous avons aussi été invité à être jurés du concours de phonétique du département d’études francophones. Les étudiants jouaient des petites scènes et il fallait définir qui avait le meilleur accent français. Nous avons beaucoup apprécié participer à ce concours.

Comment combiner les cours sur place et ceux du master Caweb ? 

Le plus contraignant pour la première partie de notre séjour a été le décalage horaire de 2 h. Les cours commençaient donc entre 21h et 22h (heure russe) et se terminaient à minuit. Les premières fois, nous avons dû lutter quelques fois pour ne pas s’endormir durant les cours les plus tardifs. Ensuite, nous avons pris le rythme. Le plus difficile était en fait de ne pas passer à côté de l’heure du début du cours.
Le côté positif de ce décalage horaire, c’est que nous avions beaucoup de temps entre les cours sur place et ceux en ligne pour visiter un peu, travailler sur nos projets et nos cours. Par exemple, concernant notre mini projet de site web, nous avons pu former un groupe à 3 et nous nous sommes vus régulièrement afin d’y travailler. 
Pour pouvoir profiter de son séjour, il faut une certaine discipline personnelle et une bonne organisation. Il suffit juste de faire le travail sans le reporter au lendemain et d’être un minimum efficace.
Ce fût une expérience géniale et nous tenons à remercier  le master CAWEB de nous avoir permis de faire cet échange ainsi que l’université Herzen pour nous avoir si bien accueilli.
 
 

Laisser un commentaire

Bouton retour vers haut de page