ST Communications : un LSP fier d’être africain

ST Communications, une entreprise située au Cap, est l’un des principaux fournisseurs de services de traduction et de .
Son équipe est composée de gestionnaires de projet et de professionnels de l’assurance qualité expérimentés qui travaillent main dans la main avec des linguistes d’Afrique du Sud soigneusement sélectionnés et spécialisés dans de nombreux domaines de la traduction. Les services qu’offre ST Communications vont de la traduction et la localisation à la révision, en passant par l’édition, la PAO et l’interprétation.
Nous avons eu le plaisir, au cours de notre voyage d’étude combinant élèves TCLoc/CAWEB, de rencontrer leur équipe dans leurs superbes bureaux du Cap.
Là-bas, nous en avons appris plus sur leur travail.

Fier d’être africain

L’Afrique du Sud s’enorgueillit de posséder onze langues officielles et en héberge une vingtaine d’autres : l’Afrique est le continent possédant la plus grande richesse linguistique au monde. Cette diversité est une grande fierté pour ST Communication qui se concentre principalement sur l’offre de services de qualité dans le domaine des langues africaines.

Orienté sur la localisation

Les services offerts par ST Communication sont divers et variés mais leur principal domaine d’activité reste la localisation.
Ce LSP (Language Service Provider, fournisseur de services linguistiques) a géré de nombreux projets de localisation pour des logiciels et applications mobiles de grande ampleur pour des géants de la technologie tels que Google, Samsung, Nokia et Apple.
Ils se sont également chargés de la localisation des émoticônes de Facebook vers plusieurs langues africaines !
Dans le cadre de ces projets de grande envergure, ils travaillent régulièrement avec certains des prestataires multilingues les plus importants du monde, notamment Lionbridge, SDL, et Moravia.

À la hauteur des défis de la localisation en langues africaines

ST n’est pas étranger aux défis uniques posés par la traduction des langues dites « à longue traîne » en Afrique.
Au cours de la visite de leurs bureaux, l’équipe nous a expliqué ce phénomène en prenant l’exemple du xhosa, une langue nguni bantou et l’une des langues officielles de l’Afrique du Sud parlée par plus de 8 millions de personnes.

Disponibilité des linguistes

Pour des langues telles que le xhosa, trouver des traducteurs expérimentés parlant l’anglais, sachant utiliser un ordinateur et disposant d’une bonne connexion internet relève du défi.
De plus, des traducteurs travaillant du xhosa vers l’anglais sont particulièrement difficiles à dénicher car peu de locuteurs de langue maternelle anglaise possèdent le xhosa comme deuxième langue.

Assurance qualité

C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles disposer de professionnels du contrôle qualité dans des langues telles que le xhosa reste une gageure.
L’une des solutions disponibles pour résoudre ce type de problèmes est de recourir à la traduction retour (back translation) : il s’agit de traduire la traduction vers la langue source pour vérifier l’exactitude et la fidélité de la traduction.
Néanmoins, il ne s’agit pas d’une solution miracle, particulièrement à cause du problème suivant :

Incompatibilité linguistique

Il existe, entre des langues comme l’anglais et le xhosa, des structures linguistiques et même conceptuelles complètement différentes. Cette situation représente un défi lors de la traduction. Par exemple, alors que l’anglais dispose de deux mots différents pour les concepts de « vert » et « bleu », le xhosa ne fait pas la différence entre ces deux couleurs et utilise le même mot, « luhlaza », pour les deux.
Cela suffit pour rendre perplexe n’importe quel professionnel qui vérifie la qualité de la traduction retour : il s’agit ici d’un cas particulièrement complexe dans la traduction. Imaginez-vous traduire un manuel d’instructions pour un appareil médical qui disposerait à la fois d’un bouton vert et d’un bouton bleu, chacun ayant des fonctions bien spécifiques…
Mais ST Communication n’est pas du genre à refuser un défi et travaille constamment pour optimiser la qualité et la cohérence de ses traductions. De fait, il dispose d’un programme appelé Language Quality & Excellence (qualité et excellence de la langue) qui offre régulièrement des formations à leurs linguistes internes et indépendants. Ils leur fournissent également de nombreuses licences pour des logiciels de traduction.
Il nous a paru évident au cours de notre visite au Cap que la localisation est un secteur en pleine croissance à la fois en Afrique du Sud et dans le continent africain de manière générale. Il existe une forte demande pour des entreprises telles que ST Communications qui sont certaines de continuer à grandir et à se multiplier au cours des prochaines années.
ST Communications représente une norme à atteindre pour les services linguistiques en langues africaines et continuera d’être à la pointe au fur et à mesure de la croissance du secteur. Nous les remercions chaleureusement de nous avoir accueilli dans leurs bureaux et d’avoir partagé avec nous leur expérience !

Pour en savoir plus sur ce sujet, rendez-vous sur notre page dédiée, TCLoc Study Trip.

Écrit par Madeleine Barois et traduit par Cécile Gindrat.
Voir la version originale de l’article.

Laisser un commentaire

Bouton retour vers haut de page