Les perspectives d’avenir du Green IT

Le Green IT en pleine effervescence

Selon António Guterres (secrétaire général des Nations Unies), la moitié de la population mondiale n’a toujours pas accès à Internet en 2019. Cependant, l’ONU va soumettre un plan d’action pour que chaque adulte soit connecté d’ici 2030.[1]Cette décision montre bien que l’ère digitale est la prochaine étape dans le développement de nos sociétés.

Les solutions écoresponsables font déjà leur apparition dans des secteurs tel que l’automobile. Dans la même veine, le 《 Green IT 》(« informatique durable ») s’intègre progressivement dans les mœurs des internautes. Les agences web ont bien suivi cette évolution. En effet, elles présentent l’écoconception comme un atout et proposent un service distinctif aux nouveaux clients. Le Studio Noéma Design par exemple, un atelier qui propose un design responsable, se concentre sur la simplicité, la sobriété et la pertinence.[2] En effet, « l’écoconception web peut être adaptée à toutes les entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur, dans l’objectif de faire des économies, de proposer une meilleure expérience utilisateur, mais, surtout, en réduisant leur empreinte écologique. »[3]

Si pour l’instant on manque encore de précisions, l’Europe tente tout de même d’instaurer un écolabel global pour l’ensemble des produits de consommation, dont l’informatique ! [4] L’ascension du Green IT et des métiers qui l’accompagnent ne fait plus aucun doute.

Le Green IT et le paysage numérique de demain

L’adaptabilité est le mot d’ordre pour le web designer de demain ! Suivre de près l’évolution technologique et les nouvelles tendances écologiques deviendront des compétences indispensables. Envie de participer au développement durable en créant des sites écoresponsables pour des clients éco conscients ? Alors, devenez un pro du design ultra-minimaliste ou laissez-vous séduire par le dark mode ! Tant de nouvelles perspectives qui s’offrent aux secteurs liés aux technologies de demain.

« La transition écologique est l’horizon indispensable de nos sociétés, la transition numérique est la grande force transformatrice de notre époque. La première connaît sa destination, mais peine à dessiner son chemin ; la seconde est notre quotidien, une force permanente de changement, mais qui ne poursuit pas d’objectif collectif particulier. L’une a le but, l’autre le chemin : chacune des deux transitions a besoin de l’autre ! »[5] Voilà la conviction que la FING(Fondation Internet Nouvelle Génération) présente dans sa publication « L’agenda pour un futur numérique et écologique » en mars 2019. Toute personne dans le digital a donc sa part de responsabilité pour allier son travail numérique à l’écologie et transformer notre société hyper connectée en un monde meilleur et durable.

quelles sanctions pour les sites qui ne suivent pas la tendance du Green IT ?

Dans le cadre de la Convention Citoyenne pour le Climat, plusieurs propositions ont été soumises, comme l’interdiction des voitures les plus polluantes au centre-ville. Mais qu’en est-il du digital ? On pourrait imaginer la création d’un label d’empreinte carbone pour les sites Internet. Pourquoi ne pas instaurer des sanctions pour les sites jugés trop polluants ? Tant de sujets qui sont au cœur des problématiques digitales et qui façonneront l’environnement numérique de demain. Mais si nous ne sommes là que dans le domaine de la supposition, une chose est certaine : le Green IT est la tendance en pleine montée.

Rédigé par Shu-Min Huang

 

Source [1]

Source [2]

Source [3]

Source [4]

Source [5]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × quatre =

Bouton retour vers haut de page