L’intelligence artificielle : entre bénédiction et fléau dans le monde de la création graphique


Submergés par les temps modernes, nous avons longtemps cherché des solutions afin d’enrichir et faciliter notre vie. Aujourd’hui, l’intelligence artificielle (IA) nous assiste au quotidien dans la création graphique et s’impose dans notre rapport à la consommation. Ainsi, pour nos déplacements nous faisons appel à un système de navigation, puis pour nous tenir informés nous utilisons les réseaux sociaux et nous accédons à des sites de streaming pour la musique ou les vidéos. Vous l’avez compris, ce terme ne fait plus partie du monde futuriste, mais il est devenu partie intégrante du présent.

Dans le milieu professionnel, l’intelligence artificielle se répand de plus en plus, ce qui engendre des controverses parmi les utilisateurs. Ce phénomène a impacté plusieurs domaines d’activité en apportant des éléments qui échappent à l’être humain. Sur des secteurs tels que la médecine, les applications médicales de l’intelligence artificielle s’avèrent révolutionnaires non seulement pour la prise en charge des patients, mais également pour le pronostic des cliniciens.

Les bienfaits de cette technologie dans le domaine de la science sont incontestables, mais qu’en est-il de métiers créatifs où l’originalité relève des questionnements au détriment de la précision ?

Quelle utilité de l’IA dans le secteur du graphisme ?

Aujourd’hui, le monde de la création graphique continue son expansion et les technologies digitales s’adaptent pour venir en aide aux graphistes. À cet égard, les logiciels de conception artistique de plus en plus performants nous permettent de gagner en efficacité dans la création graphique. Adobe a mis en place Adobe Sensei, une technologie d’intelligence artificielle qui utilise des algorithmes permettant de comprendre les contenus, identifier les outils et répéter une action fastidieuse. Le travail d’un graphiste ne se limite pas à la création graphique, mais impose aussi un travail de recherche et des actes répétitifs. Grâce aux avancées de l’IA les graphistes gagnent du temps et peuvent ainsi donner libre cours à leur créativité.

Quels sont les points faibles de l’IA dans la création graphique ?

Au fil du temps, nous remarquons que les transitions technologiques n’ont pas toujours connu une acceptation parmi les plus sceptiques. De l’invention de l’imprimerie à l’apparition de l’Internet, nous avons connu une révolution intellectuelle qui a changé notre façon de percevoir l’humanité. L’être humain, étant un intellectuel sensible et intuitif a tendance à suivre ses sentiments dans la création artistique, tandis que l’intelligence artificielle construit sa « créativité » sur des lignes de code. Le résultat : des idées similaires qui ne déclenchent aucune émotion, un monde qui va vers le minimalisme au dépens de l’authenticité apportée par les graphistes.

Et le futur des métiers créatifs ?

Avec l’arrivée de l’intelligence artificielle, les applications de création graphique, telles que la retouche photo, se répandent davantage vers le grand public. Le travail d’un graphiste est laborieux, coûteux et peu accessible. Cependant, le travail d’une machine ne pourrait jamais remplacer la sensibilité artistique et l’imagination d’un être humain.

Bien que l’IA menace l’avenir de certains métiers, ce n’est pas le cas pour le graphiste. Celui-ci doit apprendre à s’adapter face à ces nouvelles technologies pour en profiter et faire émerger sa créativité et son imagination.

A qui reviennent les droits d’auteur ?

Par sa définition, le droit d’auteur s’applique à une « œuvre de l’esprit », fait qui devient problématique dans la création générée par une intelligence artificielle. L’absence d’une personne physique en tant qu’auteur rend difficile l’appropriation d’une « œuvre ». D’un point de vue juridique, par extension qu’une création d’une IA appartiendrait au créateur de l’IA. Toutefois, la justice n’est pas encore claire à ce sujet, principalement parce que suivre la totalité des étapes de la création d’une IA demeure une tâche ardue.

Le Parlement européen a adopté une résolution le 16 février 2017 proposant à la Commission « la création, à terme, d’une personnalité juridique spécifique aux robots. Et cela, pour qu’au moins les robots autonomes les plus sophistiqués puissent être considérés comme des personnes électroniques responsables, tenus de réparer tout dommage causé à un tiers ».

L’intelligence artificielle se confronte à la créativité humaine

L’expansion de l’intelligence influence véritablement chaque aspect de notre existence, qu’il s’agisse de nos loisirs, ou bien de nos activités professionnelles. Le monde de la création graphique a connu une évolution constante. En effet, l’arrivée de nouvelles technologies de l’IA impose des nouveaux défis dans le secteur du graphisme. L’IA apporte un bon nombre d’avantages dans les métiers créatifs, en facilitant le travail de l’être humain par son efficacité et performance algorithmique. Cependant, une machine ne pourrait jamais remplacer l’esprit créatif et imaginatif d’un être humain. Ainsi, se confronter à la créativité humaine représente une bataille perdue d’avance.

Autrice : Dramba Florina Adriana