J’ai rencontré Chris Raulf et Josh Steimle, experts du digital marketing

Article écrit par Margot Barthelemy, élève en CAWEB deuxième année.

 

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance d’aller à Londres où se tenait deux conférences, la première par Josh Steimle sur les PR, ou Public Relations, et la seconde par Chris Raulf sur le SEO.

Chris Raulf et Josh Steimle, experts du digital marketing

Tout d’abord, qui sont ces deux professionnels de la popularité digitale?

Josh Steimle (à gauche) : fondateur de MWI, une agence de marketing international, il a écrit plus de 300 articles pour Forbes, TechCrunch ou même Entrepreneur et bien d’autres magazines. Son but : faire de vous un bon leader, vous aider à vous développer en tant que marque et trouver les bons leviers pour attirer les talents et les prospects.

Vous voulez en savoir plus ? profiter de ses bons conseils ? vous inscrire à sa prochaine conférence ? Suivez Josh Steimle sur LinkedIn, Twitter, ou encore sur son site personnel.

Chris Raulf (à droite) : fondateur de Boulder SEO Marketing, enseignant pour l’Université de Strasbourg en marketing digital et expert en référencement internationalisé et multilingue. Son entreprise propose des services de référencement, et des formations en présentiel ou à distance en marketing digital pour tous les niveaux. Son but aujourd’hui : parcourir le monde pour enseigner.

Vous souhaitez bénéficier de son expérience ? entretenir une veille sur le seo ? ou suivre une de ses formations ? Alors retrouvez Chris Raulf sur LinkedIn, Twitter, son site ou lisez son interview sur le blog du master TcLoc.

Top 3 des conseils en digital marketing qui m’ont marquée

Maintenant que vous les connaissez mieux, voici le meilleur de ce que j’ai appris avec eux ! Veuillez noter que ces trois conseils ont pour moi une valeur égale.

La recherche de mots-clés élément essentiel dans la traduction optimisée

La base de toute bonne stratégie de référencement naturelle est de commencer par s’assurer de la solidité technique du site et de l’expérience utilisateur qu’il apporte. Toutefois, dans le cadre de l’internationalisation d’un site web, la clef de voûte du SEO repose sur la recherche des bons mots-clés. En effet, au sein d’une même langue il peut y avoir des différences d’utilisation propres à chaque région. Il est donc très important de connaître les habitudes des internautes du marché que l’on souhaite conquérir.

Prenons un exemple : nous sommes un opérateur de téléphonie français et nous voulons vendre aussi au Canada et en Suisse. Evidemment ces deux parties du monde parlent français (en partie en tout cas). Cependant, il faudra quand même localiser les sites dédiés, car les internautes suisses ne rechercheront pas « téléphone portable » mais « natel » et les canadiens préféreront « gsm ». Si nous ne localisons pas notre site selon la partie du monde que nous souhaitons pénétrer, notre site n’apparaitra jamais dans les SERPs des internautes.

S’il est essentiel de localiser un site même entre deux versions d’une même langue, il est d’autant plus important d’avoir des versions de votre site dans d’autres langues, et donc d’optimiser leur traduction également. Et il y a une véritable demande pour ça : à la conférence à laquelle j’ai assisté 75% de l’assemblée étaient des professionnels de la localisation. Les clients leur demandent de plus en plus non seulement de traduire mais aussi d’optimiser la traduction pour le SEO. Et savoir ce qu’il va marcher ou non dans un pays repose beaucoup sur les mots-clés recherchés par les internautes de ce pays. Pour ça il faut avoir les bons outils me direz-vous ! En voici donc quelques-uns : Rankwatch, SEMrush, ou encore Moz.

Les PR c’est utile dans tous les contextes d’entreprise

A prononcer « Pi-aRe » pour Public Relations. Souvent les PR désignent des personnes qui s’occupe de la communication externe d’une entreprise. Mais dans un contexte digital, on peut appliquer les techniques utilisées par ces gens pour : faire parler de son entreprise, ou cibler et prospecter de nouveaux clients.

Je ne le savais pas, mais il est courant, lorsque l’on veut faire parler de son entreprise, de contacter des journalistes, des influenceurs ou des contributeurs de journaux en ligne pour qu’ils parlent de nous ! Bon, c’est un petit peu plus subtile que cela, mais c’est l’idée ! Cependant, pour qu’une personne accepte de parler de nous, ou d’un sujet qui nous touche, faut-il encore bien cibler cette personne et l’amener à s’intéresser à notre projet : c’est le pitch. Et c’est ici que se rejoint la prospection et le démarchage de journalistes : l’important c’est de viser juste.

Apprendre à connaître sa cible

Cela peut sembler évident, mais il ne sert à rien de contacter des journalistes/contributeurs qui ne seront pas intéressés par notre sujet. Et comment peut-on le savoir en avance me direz-vous ? Et bien c’est simple, sur tous les magazines en ligne, le nom des auteurs d’articles est un lien qui mène vers la liste de leurs contributions précédentes. Il s’agit de cibler ceux qui parlent déjà du sujet que nous souhaitons leur faire aborder. Vous l’aurez compris, le but est ici de faire gagner du temps à tout le monde.

Et il en va de même pour vos prospects. Imaginons que nous travaillons pour une ESN (entreprise de service du numérique). Jusqu’à présent vous n’avons qu’un seul type de client récurrent, disons des PME du bâtiment. Et bien il sera bien plus facile pour nous de démarcher d’autres entreprises du bâtiment en leur montrant ce que nous pouvons faire pour eux, ou d’autre PME en leur montrant que nous connaissons leur problématique !

Néanmoins, cela ne s’arrête pas là, il ne s’agit pas seulement de cibler la bonne personne, il s’agit aussi de bien la connaître. En effet, il est bien plus facile de se faire des alliés lorsque l’on a une cause commune : il faut s’informer sur la personne, trouver notre point commun avec elle, et personnaliser le message quand nous la contacterons. Ainsi, elle comprendra que nous sommes dans le même camp. C’est nous qui devons lui apporter quelque chose, il faut qu’elle ait quelque chose à gagner dans cette relation, sinon elle vous ignorera.

Conseil final : ayez confiance en vous

“You don’t have to run faster than the bear to get away. You just have to run faster than the guy next to you.”
https://kerricox.wordpress.com/

“You don’t have to run faster than the bear to get away. You just have to run faster than the guy next to you.”*
Jim Butcher
*”Rien ne sert de courir plus vite que l’ours. Il faut surtout courir plus vite que celui qui court à côté de nous.”

Parce qu’on est toujours l’idiot d’un autre, l’essentiel c’est d’en savoir plus que son voisin. Oui, on peut être embauché sans être le meilleur du monde. Oui, on peut monter une entreprise sans se considérer soi-même comme un expert. L’essentiel étant d’en savoir plus que ses clients ! Il faut avoir confiance en soi, travailler et ne jamais cesser d’apprendre. Se dire que, tant qu’on a quelque chose à apporter aux autres : on a de la valeur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 2 =